Un article de Chantal Danjou sur « Au large du Sénégal » – 2013

Claudine Bertrand, Au large du Sénégal . Ed. Rougier V.  2013, Collection Plis Urgents  29

 

Ecoute !

            « On ne sait quand commence le voyage… » , c’est ainsi que Claudine Bertrand abordait son recueil intitulé PASSION AFRIQUE. Reprendre ses propos, ici, permet de souligner combien l’itinéraire de l’auteur en Afrique, les voyages successifs qu’elle y fait, est une quête non du seul paysage mais de la langue appelée à le décrire voire à l’annoncer. C’est sans doute aussi reconnaître ce que la réalité du voyage modifie de son appréhension du monde, de l’humain, exprimer le processus alchimique par lequel l’expérience vécue se traduit par une expérience renouvelée et risquée de l’écriture : « Une aventure inachevée – et acceptée comme telle - / A chaque page / Sur la vague / Trame de haute marée ». Dans un même mouvement, c’est s’interroger sur ce que l’on voit, « Se frayer un chemin / Entre bruits et turbulences ». Comment la pratique poétique déplace-t-elle le regard et redessine-t-elle les frontières d’un pays en tenant compte de son histoire, de ses révoltes, tout autant de l’observation et de l’acuité du poète ? C’est alors quitter l’arbitraire, bannir le tourisme, pour l’aventure, géographique et intérieure, le savoir sur leun monde ne pouvant être que provisoire et intimement lié aux « bribes de langage » qui serpentent à travers lui comme autant de fleuves menant à la mer qui « Ouvre grand ses marées ». Travail syncopé d’évidement et de recouvrement, le poétique ne saurait initier au monde sans en redéfinir l’espace.

 

AU LARGE DU SENEGAL  s’ouvre sur une citation de Léopold Sédar Senghor dont l’injonction réitérée de « Ecoute » frappe le lecteur par le rythme qu’elle impulse, d’abord, par l’état de vigilance qu’elle suppose, ensuite. Pour la poète québécoise, c’est aussi, par le « silence » et par la « voix » conjugués, explicitement nommés par L. S. S., rejoindre une communauté de langue – la francophonie – et une sensibilité aux différences, provoquant l’étonnement et le désir, autrement dit un état poétique préalable à l’écriture. C’est aussi se rapprocher d’un certain humanisme. A l’injonction liminaire fait écho, pour le lecteur, le conseil d’un autre poète-arpenteur et notamment du Sénégal, Max-Pol Fouchet : « Regarde / Ecoute / Débusque / Prends la légende / avec amour en toi », écrivait-il et auquel Claudine Bertrand, toujours dans cette connivence particulière et instinctive qui relie parfois les poètes, répond par : « L’homme nomade / Mue légende en réalité ». Une telle croisée de route et de pensée atteste bien de l’accueil fait à la diversité des paysages, du respect avec lequel le regard se porte sur l’homme et au-delà sur l’humanité – son origine et son histoire – ainsi que sur son environnement ; témoigne enfin de la générosité d’une écriture authentique qui cherche non pas l’exotisme mais la transmission d’une expérience : « Te dire encore / Mon Afrique », à l’instar de Max-Pol Fouchet, poète mais aussi photographe qui, loin de tout effet spectaculaire, saisissait avec son cliché représentant un visage d’homme de Casamance, l’essentiel. Ne s’ouvrait-il pas à l’essence des choses et des êtres, quand le spectateur – photographe, voyageur, poète – accepte enfin d’être regardé par celui qu’il regarde, consentant à ce monde que son modèle portait au moment de la prise photographique ? C’est l’impression que donne ce beau visage de Casamance. Et en cela il conduit au très juste pressentiment de Claudine Bertrand qui voit, au fil du voyage comme « Au fil de l’eau / Des visages perdus / [qui] Refont surface / Et nous regardent ».En ce sens, l’auteur a su lier le pittoresque et l’intime, le détail qui, littéralement, sait emmener son lecteur au Sénégal, se trouve dans le temps même de son énonciation, intériorisé, « dans les draps de Savane », mémorisé, inscrit dans une sorte de généalogie revisitée. La poète-voyageuse est avant tout celle qui consigne les traces successives de l’humanité, naissance au monde voyagé qui devient « renaissance », reliant les deux rivages extrêmes – la vie et la mort – par « la barque-sortilège », symbole de traversée, cette traversée sensible, intellectuelle et humaine qui double, précède peut-être, le nomadisme à travers le pays. C’est en même temps un voyage dans la langue dont les verbes, tels « interroge ; dicte ; persiste énigme ; légende ; me mystère », permettent à C. B. de s’inscrire dans une « géopoétique » et ainsi, écrit-elle, «on revient dans nos pas / Larmes de Senghor / Ramenant à la source / La langue », le départ ayant été métaphoriquement déplié comme une « Levée d’encre ».

Le titre du recueil, auquel cas, ne peut qu’interpeller le lecteur. Ce « au large du Sénégal » ne signifierait-il pas un territoire de langue, d’où l’on part et où l’on revient avec les embruns et les goûts de la traversée, sans oubli possible, les papiers gouachés de Michel Mousseau qui accompagnent le texte fonctionnant comme des îles ou des marées de papier, incessantes, où le poète apprend à nommer son « large », lieu du « Rien n’est apparu / Ni disparu », du transitoire et du saisissable à la fois, où se mêlent le perceptible et le dit, « odeur de la semence odeur de la parole » matière même du poétique, selon Léopold Sédar Senghor.

 

 

Chantal Danjou pour La Roue Traversière

Un article de Chantal Danjou sur « Passion Afrique » – 2012

Claudine Bertrand, Passion Afrique. Ed. Rougier V. 2009, Revue « ficelle » n° 92

 

Poète, la langue désirée

            « On ne sait quand commence le voyage… » Dès cette courte prose liminaire, Claudine Bertrand donne le ton de ce voyage qui conjugue la découverte géographique et celle, incessante, de son territoire langagier. Au-delà du Bénin, de sa « noire lumière » et de « la place de l’Etoile-Rouge », le poète interroge autant qu’elle s’interroge : « Que valent nos mots » ? Nullement question, ici, de traquer l’anecdote, le faire-local mais plutôt de renouer avec l’idée d’une « transculturalité ». Il y a à la fois passage et changement, pas l’un sans l’autre, le voyage poétique ayant commencé – on l’aura compris – bien avant que la terre africaine ne soit foulée. Mettant en question sa langue, et son autonomie de langue, il semble que Claudine Bertrand s’aventure dans un métissage, comme si lieux, couleurs, langues, corps, englobaient et dépassaient leurs identités respectives ou du moins prenaient en compte à la fois leur succession de lieux et de langues, leurs mutations, pour « les trier hors du banal » ou « pour défier l’imaginaire », « arracher le verbe / du verbiage du vacarme », divaguer, subvertir, réinventer. A la manière dont Hédi Bouraoui l’écrivait dans Nomadaime[1], « les mots investissent / prêts à éclore », le « livre télévoyage », autre et bel exemple de « transculturalité ». La langue ainsi voyagée, ne serait-elle pas, à poursuivre le rapprochement entre Claudine Bertrand et Hédi Bouraoui, ce « Toi »[2] – langue, « homme sauvage / à la bouche nomade », « poète de l’incertain »[3]« hasardée entre doute et envie »[4] ?  Ce tutoiement, l’auteure québécoise le reprend dans la scansion initiée par « Tabula rasa » et plus la langue est étrange, plus « Ta tête a mal / comme un vieux carrousel / qui grince », plus elle fait retour « après avoir erré », proférée sans concession par le personnage mi-masqué mi-dévoilé du « tu t’es vu refuser / tes papiers sans raison ».  Jusqu’où dire ses origines de langue ?

« On ne sait quand commence le voyage […] mais on sait qu’il est contenu dans chaque seconde comme une attente ». Les limites des mots ne viennent pas de la langue en tant que telle mais – et l’expression est judicieuse – de « la queue leu leu » de mots, de cette continuité faite arbitrairement communication et que le poète brise, posant la question du poétique à l’encontre même d’un faire-poétique. Il y a dans ce livret des expressions nominales, des inversions, des allitérations qui diffractent la langue comme si le texte lui-même – hors toute continuité communément admise – était « le miroir / qui dévore les mots ». Dans cette perspective, Claudine Bertrand esquisse un contexte autre que celui d’un continent, d’un mode de vie ou d’une économie, elle ramène la langue à l’ignorance, à ce « ne pas connaître » étymologique, prononçant lucidement l’injonction à ne pas connaître, pour créer sa « Tabula rasa », qui est aussi le « gouffre », « l’extrême », « l’ombrage » consentis « pour repousser la frontière / derrière chaque syllabe ».

Le poète n’est pas – n’est plus – dans la tentation du mutisme, comme dissuadé  de poursuivre son œuvre parce que pris  par la contemplation du monde au point de n’avoir plus rien à y ajouter. Ainsi qu’on peut l’entendre ici et là, il n’est pas le poète acculé à ce silence altier qui sait – trop bien ! – que tant de choses ont été dites et tentées en matière de poésie. Tout comme si elle était peintre et musicienne, la « noire lumière » chez Claudine Bertrand est matière ou vibration ou « bruits » ou « gestes rituels ». Non pas prise dans une impossibilité à dire, cette « voix / appartenant à une autre langue / qui renonce à se taire », renoncer participant ici de sa libération, de son doute – il y a de « l’invisible » entre les signes – autant que de son désir.

 

Chantal Danjou pour La Roue Traversière



[1] Hédi Bouraoui, Nomadaime, éditions du Gref, Toronto (Ontario), Canada, 1995

[2] ibidem

[3] Claudine Bertrand, Passion Afrique

[4] Hédi Bouraoui, op. cité

Des poètes de l’éditeur l’Hexagone chez Gallimard – 2012

Anthologie de la poésie érotique française chez Gallimard.

Une anthologie de la poésie érotique française : Eros émerveillé est parue  chez Gallimard en 2012 comptant dans ses pages trois poètes de la maison Hexagone : Claudine Bertrand (Les montagnes dressent), Nicole Brossard (Sous la langue) et Gaston Miron (La marche à l’amour).

 Distribué au Canada, Éros émerveillé , sous la direction de Zéno Bianu rassemble cinq siècles de poésie érotique française, de Ronsard à Rimbaud, en passant par Verlaine, Sade, Calaferte, Leiris ou Bataille.

Myriam Comtois.

Critiques littéraires parues dans la presse

Exemplaire de Rouge assoiffée annoté par Emmanuel Bing
Exemplaire de Rouge assoiffée annoté par Emmanuel Bing

 Emmanuel Bing

 Article sur Rouge assoiffée, septembre 2012

 

Le livre est rouge de je ne sais quel sang. Il me tient, m’enserre. Il est moi, terriblement, tant cette proximité de ces mots à elle m’empoigne, et du rouge, du sang et de la rage, cette rage de nuit qui couve et qui s’ouvre de toutes les failles, déborde et coule, jaillit et rugit, tant ce qui se dit là m’est proche, de ces mots à elle, mots d’une femme. Une femme du Québec et du monde (toujours en voyage semble-t-elle, voyages comme une écriture vive sur la planète, voyages en elle-même, voyages à affronter ses précipices).

Cette écriture me tient. C’est une écriture du bord des gouffres, de la rage pleine, de l’enfer, de l’envie ; plutôt du désir, désir tenace de vivre, et de ne pas laisser le monde quitte de sa présence rouge. Elle est la rage au monde, un temps, ce temps précieux pour vivre ; elle est une inscription dans le réel, une vraie vive. N’importe quelle parole ne peut pas être dite, et l’on sent comment celle-ci, dans cette force puisée d’où, de quels enracinements, de quelles déchirures, pourrait pourtant les dire toutes. Lire la suite →

L'Express d'Outremont et Mont-Royal

       Une anthologie en trois quêtes de Claudine Bertrand

Michel Joanny-Furtin Un article de Michel Joanny-Furtin, publié le 31 Octobre 2011

Préparée et préfacée par Louise Dupré, Rouge assoiffée rassemble des extraits de quinze recueils de Claudine Bertrand parus de 1983 à 2010. À travers ces pages qui nous font marcher mot à mot sur le parcours de l’auteure, on retrouve les grands cycles qui structurent son oeuvre autour des thématiques qui lui sont chères.

«Pourquoi le rouge ? C’est un symbole de l’amour et de la passion, mais aussi de la vie ou de la mort, via l’amour…», résume dans un clin d’œil Claudine Bertrand, une voix essentielle de l’expression française au Québec.

Rouge assoiffée, c’est une anthologie personnelle, avec quelques extraits de critiques et de commentaires de différents intellectuels, journalistes ou chroniqueurs à propos de sa démarche artistique et poétique.

Rouge assoiffée rassemble des textes de Claudine Bertrand. «Cette proposition d’anthologie m’est venue à une période où je me sentais à la croisée des chemins, un point nommé d’un parcours. Rassembler des extraits de livres épuisés ou moins accessibles, parce qu’ils ont été édités dans un autre pays par exemple, me permet de faire le bilan littéraire d’une autre quête. Lire la suite →

Sur le site de « voir.ca », édition de Montréal

Dominic Tardif Un article de Dominic Tardif
22 septembre 2011

Femme engagée et engageante, Claudine Bertrand compte parmi les plus importantes ambassadrices de la poésie québécoise à l’étranger. Au moment d’écrire ces lignes, la fondatrice de la revue Arcade participait d’ailleurs au Festival des arts et de la poésie d’Azeffoun en Algérie. Paradoxe s’il en est, ce dévouement aura peut-être porté ombrage à une oeuvre prolifique et maintes fois plébiscitée. Lire la suite →

Dans la revue « A babord » – N° 29 avril/mai 2009

Un article de Normand Baillargeon à propos de la parution de Autour de l’obscur

Claudine Bertrand a signé de nombreux recueils de poésie qui lui ont valu des prix, la reconnaissance de ses pairs et l’affection de son lectorat. Elle nous propose cette fois un recueil intime, sensible et fragile. Claudine Bertrand est en effet dans ces pages en dialogue avec une amie chère, Louise Blouin, qui est mourante. Entre les deux femmes existent de nombreux liens : parmi eux, l’amour de la poésie. Lire la suite →

Sur « La dernière femme » et « Le corps en tête » par Jean-Pierre Faye – 2003

La dernière femme

L’année 2000 est celle de La dernière femme. En plusieurs lieux, par Claudine Bertrand. «Elle se répète le même film rejoué en accéléré écarte un peu les jambes sa langue à plein corps.» Je veux dire : elle survient à Prague neuf ans après Montréal, et deux fois traduite : en langue tchèque, par une femme; en dessin par un homme. «Le siècle appartient à la nuit il fait très chaud ce soir elle encourt la chance et se réveille enroulée d’un autre corps.» «…le visage peint moitié de nuit moitié de jour.» Voici la moitié/moitié du passage de siècle au travers du corps féminin. Celui qu’annonce trois ans plus tôt la dédicace d’un livre «pour une fille qui naîtra de moi et moi d’elle Marie-Anaïs Nadja…» Lire la suite →

« La dernière femme » par Bernard Noël – 2001

Un livre à l’envers

Avez-vous remarqué comme la lecture, au gré même de votre intérêt, peut aller de soi dans un mouvement dont la régularité vous double d’une sorte de volume agréablement neutre? On dirait que la conscience a trouvé là une compagnie intelligente, qui entretient son éveil mécaniquement. L’habitude se loge ainsi partout, y compris dans l’acte qui a pris son départ dans la passion. Mais cet acte attend toujours la secousse première, quitte à ne l’espérer plus qu’à l’improviste.
Vous avez donc «pris ce qui a toutes les chances de n’être qu’un livre de plus quand, soudain, la ligne s’effondre et vous voici à bout de souffle. Vous aviez oublié que lire est une respiration mentale et qu’il suffit à la phrase de rompre le rythme ordinaire pour qu’aussitôt – sujet, verbe, complément, qualificatifs, propositions principale et subordonnées étant déchaînés – advienne un désaccordement qui précipite en vous une présence. Tout va très vite, sans approche, sans alerte, car la structure de la phrase est une forme qui vous envahit, vous occupe. Lire la suite →

« Jardin des vertiges » par Marie-Claire Bancquart – 2002

La Québécoise Claudine Bertrand nous livre une de ses meilleures inspirations poétiques avec ce recueil. Son titre en dit l’apparent paradoxe : un jardin est une création délibérée, gouvernée par l’homme, à l’inverse des vertiges qui le surprennent et l’étourdissent. Mais la poésie n’est-elle justement pas cette emprise forte et irrésistible sur les sens, qui pourtant est connue et dirigée par les mots? Le début du livre le dit en beaux vers : «La vie s’est pendue au cou / puis dans la pénombre a cogné / comme tête contre poitrine// Chacun de ses mots / peut offrir du jour / peut manger du ciel.» Joie souvent, parfois amertume : «Mots contre nature / on les met en terre / pour faire venir l’aigreur// Dieu est une saveur / dans la bouche basse / il sécrète sa semence// sait-on ce qu’aimer veut dire?». Lire la suite →